Les conditions d'inscription

Pour être admis à suivre l'enseignement, les candidats doivent:

  1. Etre titulaires soit d’un diplôme, certificat ou autre titre mentionné à l’article L. 4311-3 ou à l’article L. 4311-12 du code de la santé publique leur permettant d’exercer sans limitation la profession d’infirmier, soit d’un diplôme ou d’une autorisation d’exercice délivrée par le directeur régional de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale chargé de la santé en application de l’article L. 4311-4 du code de la santé publique ;

  1. Justifier de deux années minimum d’exercice, en équivalent temps plein de la profession d’infirmier au 1er janvier de l’année du concours ;

  1. Avoir subi avec succès les épreuves d’admission à la formation préparant au diplôme d’Etat d’infirmier anesthésiste, organisées par chaque école autorisée sous le contrôle du directeur général de l’agence régionale de santé et du président d’université ;

  1. Avoir acquitté les droits d’inscription, sauf dans les centres d’instruction relevant du ministère de la défense ;

  1. Avoir souscrit par convention l’engagement d’acquitter les frais de scolarité fixés par le conseil d’administration de l’organisme gestionnaire, sauf dans les centres d’instruction relevant du ministère de la défense.

  1. En sus de la capacité d’accueil autorisée et dans la limite de 10 % de l’effectif de première année, peuvent être admises des personnes titulaires d’un diplôme étranger d’infirmier non validé pour l’exercice en France.

Celles-ci doivent justifier d’un exercice professionnel de deux ans, satisfaire aux tests de niveau professionnel et à une épreuve permettant d’apprécier leur maîtrise de la langue française. Ces épreuves sont organisées dans l’école ou, à défaut, par le service culturel de l’ambassade de France dans le pays concerné. Les sujets sont proposés et corrigés par l’équipe pédagogique de l’école choisie par le candidat.

Il délivrera aux candidats visés à l’article 7 une attestation de réussite à la formation. Cette attestation, mentionne que son titulaire ne peut exercer en France ni en qualité d’infirmier ni en qualité d’infirmier anesthésiste. Elle peut toutefois être échangée contre le diplôme d’Etat d’infirmier anesthésiste dès que son titulaire remplit les conditions exigées pour exercer la profession d’infirmier en France. Lorsque ces conditions sont remplies dans un délai supérieur à trois ans, le candidat doit suivre une formation d’actualisation des connaissances dans une école d’infirmier anesthésiste.

Un justificatif de prise en charge financière et médico-sociale pour la durée des études est exigé. Les pièces constituant le dossier sont énumérées à l’article 10 du présent arrêté. Elles devront être traduites par un traducteur agréé auprès des tribunaux français ou habilité à intervenir auprès des autorités judiciaires ou administratives d’un Etat membre de l’Union européenne ou d’un Etat partie à l’accord sur l’Espace économique européen ou de la Confédération suisse ou de la Principauté d’Andorre.

  1. Justifier des conditions d’immunisation contre l’hépatite B pour les personnes visées à l’article L3111-4 du code de la santé publique

  1. Peuvent être admis en formation dans la limite de 5 % de la capacité d’accueil de l’école :
  • les titulaires du diplôme d’Etat de sage-femme ;
  • les étudiants ayant validé la troisième année du deuxième cycle des études médicales
  • les titulaires d’un diplôme d’Etat d’infirmier et d’un diplôme reconnu au grade de master.

Ces candidats déposent auprès de l’école de leur choix un dossier comprenant :

  • un curriculum vitae ;
  • les titres et diplômes ;
  • un certificat médical attestant que l’étudiant ne présente pas de contre-indication physique et psychologique à l’exercice de la profession ;
  • une lettre de motivation.

Ces candidats sont dispensés des épreuves d’admission.

Ils sont sélectionnés sur dossier et entretien par le jury d’admission prévu à l’article 11 de l'arrêté du 23 juillet 2012.

Ils peuvent être dispensés de la validation d’une partie des unités d’enseignement par le directeur de l’école, après avis du conseil pédagogique. Ces dispenses sont accordées après comparaison entre la formation suivie par les candidats et les unités d’enseignement du diplôme d’Etat d’infirmier anesthésiste.

Des compléments de formation peuvent être proposés par le directeur de l’école après avis du conseil pédagogique en fonction du cursus antérieur du candidat.